L’aquaplanage est un phénomène durant lequel une couche d’eau se forme entre le pneu et la chaussée, entraînant un dérapage incontrôlé du véhicule. Pour prévenir au mieux les risques d’aquaplaning, plusieurs consignes doivent être appliquées : côté conducteur, il convient de lever le pied ; côté technique, pensez à vérifier l’usure des pneumatiques, qui impacte directement la bonne adhérence du pneu sur la chaussée.

 

Des pneus en bon état contribuent à éviter l’aquaplaning : explications et conseils

 

On peut classer la réaction d’un pneu sur route mouillée en trois catégories, correspondant à des niveaux de risque différent. Au premier stade, la pluie est modérée et la vitesse adaptée : le danger de perte de contrôle est faible. À l’étape suivante, la vitesse est élevée et le pneu draine insuffisamment l’eau : le risque de dérapage augmente de façon significative.

Enfin, au dernier stade, la bande de roulement est saturée d’eau, le pneu n’est plus en contact avec la route : c’est l’aquaplaning. Ce phénomène est la cause d’accidents parfois sévères, aggravés par la vitesse et particulièrement redoutables pour les motos.

Selon le Code de la route, l’état des pneus doit être vérifié régulièrement, afin que les rainures soient suffisamment profondes pour évacuer le liquide et éviter la formation d’un film d’eau entraînant une perte de contrôle du véhicule.

Plusieurs éléments doivent rendre le conducteur vigilant quant au risque d’aquaplanage : la quantité d’eau présente sur la chaussée, le niveau d’usure des pneumatiques – visible sur des pneus correctement gonflés –, le nombre et la profondeur des rainures, variables suivant la qualité des pneus.

Pour votre sécurité et celle des autres, vous devez faire le nécessaire pour éviter un accident dû à une chaussée mouillée : un risque évitable avec un peu d’attention.

 

La surface et le type du pneu conditionnent la quantité d’eau évacuée

 

Les pneumatiques agissent de plusieurs façons pour éviter la formation d’un film d’eau sous la bande de roulement.

  • Premièrement, l’appui au sol repousse le liquide sur les côtés.
  • Deuxièmement, l’eau est stockée dans les rainures du pneu – raison pour laquelle les modèles hiver sont plus « striés » que ceux d’été.
  • Troisièmement, l’eau ainsi stockée est évacuée vers l’arrière ou vers les côtés par les rainures. En voiture comme à moto, des pneus usés sont moins aptes à empêcher l’eau de stagner sous la bande de roulement.

Pas besoin de tout savoir sur l’aquaplanage : retenez qu’une simple flaque d’eau, combinée à des pneus en mauvais état et au poids du véhicule, peut provoquer un aquaplanage en raison de l’eau accumulée. En fonction des saisons et du type de pneus, tout conducteur doit donc adapter sa vitesse, adopter une conduite souple et, en cas de grandes quantités d’eau sur la chaussée, privilégier le frein moteur pour ralentir. Enfin, n’oubliez pas que la visibilité sur la route est moindre par temps de pluie : pour éviter les accidents, ralentissez et allumez vos feux. Enfin, vérifiez régulièrement l’état des pneus de votre voiture.