Conduire une auto sous l’emprise de drogues expose non seulement les conducteurs à des sanctions sévères en cas de contrôle, mais aussi à un risque accru d’accident. Perte de réflexes, sentiment de toute-puissance, vitesse excessive : les dangers de certaines substances sont multiples et ne doivent pas être pris à la légère. Tour d’horizon des risques liés à ces conduites inconsidérées.

Vous risquez la vie des personnes et la perte de vos points

Le Code pénal n’a pas attendu de connaître précisément les effets du cannabis pour le considérer comme dangereux pour la conduite. À juste titre d’ailleurs : consommer du cannabis, de la cocaïne ou n’importe quelle drogue de synthèse altère les réflexes et perturbe la prise en compte des dangers éventuels. À eux seuls, les risques de la drogue au volant – qu’il s’agisse d’une drogue dite douce ou dure – justifient que le droit en interdise l’usage et le trafic au Maroc.
De plus en plus souvent, les forces de l’ordre procèdent à des contrôles qui, s’ils sont positifs, entraînent de lourdes amendes, une perte immédiate de 6 points et même des tests supplémentaires pour déterminer si l’état du conducteur résulte d’une prise occasionnelle ou régulière. Il faut également savoir que, si la prise de substances psychoactives s’ajoute à la conduite en état d’ivresse, le risque de provoquer un accident mortel est multiplié par 29… De quoi justifier la sévérité des peines encourues en cas de contrôle positif !

Drogues dures ou douces : l’usage de ces substances représente un réel danger

Les drogues illicites sont particulièrement ciblées par les forces de l’ordre – notamment l’utilisation du cannabis – mais l’usage de produits légaux, comme certains médicaments, peut aussi avoir un impact sur la conduite. Somnolence ou, au contraire, prise de risques inconsidérée, troubles de l’attention et de la perception, ralentissement des réflexes, altération de la vision : les substances illicites représentent un risque pour la santé et l’influence des stupéfiants augmente le danger sur les routes.
Les risques de la drogue au volant, ainsi que ceux des médicaments, sont souvent sous-estimés, particulièrement par les conducteurs dont l’âge est compris entre 18 et 25 ans. La vente, l’achat et la consommation de ces substances sont interdits par la loi, au volant comme ailleurs. De plus, de nombreux rapports de la sécurité routière indiquent une augmentation des accidents graves ou mortels impliquant la prise de stupéfiants. La police a donc parfaitement le droit de procéder à des contrôles et aucun conducteur ne doit ignorer les conséquences de la prise de drogues avant de prendre le volant. Tout comme l’alcool ou la conduite agressive, ce type de comportement doit être définitivement banni, afin de rendre la route plus sûre pour tous ses usagers.