L’été est là et comme des milliers de Marocains, vous vous apprêtez peut-être à partir en vacances. Par souci de gain de temps ou pour profiter du sommeil des enfants, bon nombre d’automobilistes choisissent de voyager de nuit, parfois sur de longues distances. Si cette option permet de profiter d’un trafic moindre, elle vous expose en revanche à des risques accrus d’endormissement au volant. Comment reconnaître les signes d’alerte ? Que faire pour conserver votre vigilance ?

Les causes de la somnolence au volant

Ce terme désigne un état intermédiaire entre le sommeil et l’état éveillé, pendant lequel votre niveau de vigilance et vos réflexes diminuent considérablement. La somnolence peut avoir des origines diverses :

  • conduite de nuit (à des heures où votre organisme est habitué à dormir)
  • repas copieux
  • absorption d’alcool, de stupéfiants ou de tranquillisants
  • problème de santé

Le risque d’assoupissement est accru par des facteurs extérieurs, tels qu’une chaleur excessive dans l’habitacle, une aération insuffisante ou la monotonie de la route, sur les grands axes notamment.

Les signes d’alerte

Aujourd’hui, un accident mortel sur trois est lié à un endormissement au volant. Plusieurs signaux doivent vous inciter à faire une pause : des bâillements répétés, des raideurs dans la nuque et les bras, le besoin fréquent de porter les mains à votre visage ou à votre cou, la sensation d’avoir “les yeux qui se ferment” ou encore d’être aveuglé par la lumière des phares. Vos réflexes se trouvent ralentis, vous pouvez vous en rendre compte si quelque chose vous surprend sur la route. Les heures les plus “risquées” se situent généralement entre 2 et 5 heures du matin, ainsi qu’en début d’après-midi.

Les solutions pour éviter l’endormissement au volant

La prévention des accidents dus à la somnolence implique de ne pas prendre le volant fatigué, et de faire des pauses régulières. Les recommandations en la matière sont d’un arrêt toutes les deux heures, mais ceci est un minimum. Évitez d’écourter votre nuit la veille du départ et essayez de dormir au maximum les jours précédents, afin de prendre la route reposé. Proscrivez les en-cas trop sucrés et bien entendu l’alcool. Enfin, ne vous laissez pas envahir par le désir d’arriver au plus tôt, quitte à prendre des risques ou à ignorer les signes avant-coureurs de somnolence : arriver vivant, c’est le plus important.